Fin 2020, une extinction de masse s’est déroulée sur le Web : la fin du Flash Player d’Adobe ne permettait plus d’accéder aux milliers d’animations interactives, jeux et exercices pour être utilisés directement sur Internet depuis 1996.
Que vont-elles devenir ? Quel avenir ? Comment en ressusciter certaines, officiellement disparues ?

Beaucoup d’enseignants ont trouvés des activités éducatives interactives pour leurs élèves sur lnternet avec un simple navigateur. De nombreuses ressources vendues par les éditeurs scolaires étaient programmées en Flash, et sont installées dans des salles « informatique » scolaires.

Flash a été bloqué sur cette page.

<quitter>

En pratique, que faire pour utiliser mes ressources Flash préférées ?

Un navigateur portable

Il existe une roue de secours pour accéder aux ressources encore disponibles sur le Web. Les derniers navigateurs mis à jour depuis fin 2020 ne permettent plus d’y accéder. Inutile de compter sur votre Google Chrome ou Mozilla Firefox dernière version : depuis des mois un bandeau vous annonce à leur lancement la fin de la prise en charge du Flash.

Il existe diverses versions d’anciens logiciels disponibles en version portable : ils fonctionnent sanss intallation préalable sous Windows, et peuvent être utilisés à partir d’une clef USB.

Vous pouvez télécharger ici une archive du navigateur Firefox, dans une version encore compatible.

C’est la solution la plus simple pour les animations ou exercices Flash que vous utilisiez jusqu’à maintenant, si ils ou elles sont disponibles en ligne sur leur site d’origine. Vous ouvrez, au lieu de votre navigateur habituel, la version portable que vous aurez télécharger ci-dessus pour accéder aux liens dess ressources.


Le site qui ressuscite le Flash

Rust est un langage de programmation conçu et développé par Mozilla Research depuis 2010. Il a été utilisé pour développer un émulateur Flash nommé Ruffle. En langage simple, ce logiciel permet de faire fonctionner la plupart des applications Flash autonomes.
Il est open source et a pour but de préserver la mémoire d’Internet, en permettant la conservation de tous ces fichiers SWF (ShockWave Flash).

Démonstration de l’utilisation de Ruffle en ligne pour ouvrir un fichier SWF.

Si vous disposez d’un fichier SSWF, vous pouvez l’y déposer, vérifier son fonctionnement et l’utiliser directement en ligne sur le site de démo :


En cours de développement, des extensions pour navigateurs sont disponibles, ainsi qu’une version « bureau », mais sans interface graphique, encore en cours de développement, donc uniquement en ligne de commande.

Il est possible également d’installer un serveur Ruffle, si vous avez déjà un serveur Web où vous hébergiez de tels fichiers mais la situation, pour la plupart d’entre vous, doit être rare. Ceci n’est intéressant que si vous disposiez déjà de fichiers Flash, et qu’ils sont compatibles avec Ruffle (j’ai noté quelques refus sur mes tests de fichiers hors-ligne).


On peut retrouver sur le site Internet Archives, quelques fichiers secourus par la mémoire du Web. Il faut noter que ces archives couvrent bien d’autres animations que celles à but éducatif.

Sur le site archives.org vous pouvez télécharger le fichier SWF de l’animation et vouss le lancer ensuite sur le site Ruffle, comme indiqué dans la vidéo ci-dessus. Vous pouvez télécharger ici un exemple pour tester (Pac Man).

Vous pouvez tenter de sauvegarder vous-même avec le navigateur portable dédié, les fichiers SWF de vos application préférés.


Pourquoi cette disparition ?

Cette disparition était annoncée depuis longtemps par son créateur Adobe, éditeur des célèbres logiciels Photoshop ou Acrobat. L’ évolution des standards du Web et le besoin accru de sécurité en ligne sont les deux principales raisons.

Est-ce une bonne chose ?

Tout d’abord, la domination du Flash, technologie propriétaire d’Adobe, donnait à cette entreprise un quasi-monopole sur la vente d’outils de production de contenu Flash.

Il nécessitait donc un investissement financier pour développer avec l’invention de Macromedia, racheté par le géant américain du graphisme, Adobe Systems.

Le Flash était incompatible avec les tablettes et le remplacement par HTML5 garantit un fonctionnement possible sur toutes les plate-formes.

On peut noter que beaucoup de créateurs de contenu ont commencé à faire l’effort de migration.

Où est le problème ?

La sanction va être pour les écoles ayant investi dans des CDrom d’éditeurs scolaires. Souvent, pour y ajouter de l’interactivité, le Flash a été très utilisé. Si les éditeurs ne mettent pas à jour ces ressources gratuitement, c’est une perte sèche.

Retour haut de page
Share via
Copy link
Powered by Social Snap